Chaga: The Mushroom of Many Surprises

Chaga : le champignon aux nombreuses surprises

Chaga : le champignon aux nombreuses surprises

Le chaga (Inonotus obliquus) est un champignon polypore répandu dans toutes les forêts boréales, en particulier celles du nord-est de l'Amérique du Nord. On le trouve généralement dépassant des bouleaux blancs et jaunes. En fait, il s’agit d’un parasite qui commence à se développer sous l’écorce de son hôte et finit par éclater.

Le chaga est consommé en Russie depuis des siècles et la recette traditionnelle est très simple à suivre : faites bouillir des morceaux de chaga dans de l'eau et buvez-les sous forme de thé. Sa renommée s'est d'abord étendue au-delà des frontières russes avec la publication du roman semi-autobiographique Cancer Ward dans lequel l'auteur Alexander Soljenitsyne fait boire quotidiennement à son personnage principal du thé chaga pendant qu'il suit un traitement contre le cancer, tout comme lui-même.

Les décoctions de chaga sont également traditionnellement consommées par diverses tribus des Premières Nations d'Amérique du Nord. En particulier, la Flying Dust Nation a une recette presque identique à celle des tribus sibériennes, une indication intéressante des migrations préhistoriques à travers le détroit de Béring.

En mycothérapie (1), le chaga est utilisé comme fortifiant immunitaire et anti-inflammatoire, notamment contre les maladies du tractus gastro-intestinal. Des études ont démontré que le chaga a des effets inhibiteurs sur certains cancers, comme ceux du sein, du foie, de l'estomac et le lymphome de Hodgkin. Ses propriétés antioxydantes sont exceptionnelles et résultent de la présence de polyphénols, notamment de la mélanine présente dans sa croûte noire.

Au cours des dernières années, ce champignon a fait l’objet de nombreuses études cliniques (2). Ces études ont identifié de nombreuses molécules différentes ayant des effets bénéfiques, mais chacune avec des dosages et des compositions efficaces différents. Par exemple, les polysaccharides bénéfiques se dissolvent facilement dans l’eau bouillante, tandis que les triterpènes et polyphénols, tout aussi bénéfiques, le sont moins. Pour cette raison, certains auteurs recommandent de préparer un extrait bouilli ainsi que des teintures alcoolisées.

Un marché mondial pour ce champignon surprenant est en train de se développer. En effet, en Sibérie, une industrie très rentable est en train d'émerger et s'appuie sur la renommée médicinale du chaga. Mais cette commercialisation est-elle justifiée ? Tout ce que nous savons, c’est qu’il est impossible de vérifier tous les effets bénéfiques attribués au chaga. Ici, à la boutique, j'ai rencontré des personnes qui prennent du chaga pour traiter diverses affections : cancers de toutes sortes, inflammations, goutte, ulcères, conjonctivites, eczéma, etc.

Le magazine américain FUNGI a présenté le chaga dans un récent numéro. Ron Spinosa y résumait certains faits concrets sur les pouvoirs du chaga. Ron a fondé l'incursion mycologique de chaga annuelle du Minnesota en 2005 et boit du thé de chaga presque tous les jours. Il dit que ses problèmes intestinaux ont cessé et qu'il attrape rarement la grippe. Il écrit : est-ce vraiment du chaga, ou est-ce un effet placebo ? Il conclut ensuite : eh bien, je crois en ce placebo. Je peux attester de cette conclusion après avoir remplacé mes pilules anti-hypertension par une tasse quotidienne de thé chaga. Et jusqu’ici tout va bien : les résultats ont été convaincants. Dans tous les cas, j'en discuterai davantage avec mon médecin lors de mon prochain contrôle.

[1] Rogers, R. « The Fungal Pharmacy: Medicinal Mushrooms of Western Canada », 2006, Prairie Deva Press Canada

[2] Biological and Pharmacological Activity of Higher fungi: 20-Year Retrospective Analysis, Poucheret, P., Fons, F., Rapior, S., Cryptogamie, Mycologie, 2006, 27 (4) : 311-333